Le tuning US: une spécificité américaine

Le tuning est pratiquement né aux États-Unis dans les années 1930, avec le Hot Rod. Il s’est développé à partir des années 1970 dans les milieux hispaniques californiens et plus récemment chez les fans de musique de rap.

– Le Hot Rod est un style qui n’est ni plus, ni moins que les prémices du tuning. Ce style s’effectue principalement sur les modèles d’entre deux guerres. Par exemple, les Ford 32, et 33 sont très présentes dans ce mouvement, qui consiste à modifier sa voiture (moteur, aérodynamique, design, poids) pour gagner les courses du vendredi soir sur Main Street (voir le film American Graffiti) ou sur les lacs salés. À l’intérieur même de ce mouvement subsiste plusieurs styles comme par exemple, le Street Rod, le Nostalgia ou encore le Rat Rod où on laisse volontairement rouiller l’auto pour lui donner un aspect « patiné ».

– Le Kustom, avec un K, est la suite du Hotroding et concerne exclusivement les véhicules d’après guerre, jusqu’à 1965. Mais pour entrer dans cette catégorie, certains puristes exigent que malgré les modifications, le véhicule soit équipé d’une calandre et de pare-chocs chromés, de pneus à flanc blanc,… sinon la voiture sera considérée comme « simple » custom, avec un C.

– Le Pro-Touring, est un style qui s’effectue sur les anciennes voitures américaines, et plus particulièrement les muscles cars. On modifie principalement la mécanique, les suspensions et les freins pour répondre aux standards actuels de confort et/ou de performance. On peut ainsi trouver des Ford Mustang des années 1960 avec un moteur à injection multi-point, avec des suspensions indépendantes et des freins à disque aux quatre roues. Les intérieurs cuirs font parfois leurs apparitions quand la préparation n’est pas uniquement étudiée pour le drag. On retrouve aussi souvent un jeu de jantes modernes 17 à 22 pouces.

– Le Lowriding inventé par les Latino-Américains de la côte Ouest, qui équipent notamment leurs véhicule d’une suspension hydraulique (récupérées la plupart du temps sur les trains d’atterrissage de vieux avions), ce qui leur permet de se lever et de se baisser, et parfois même de réaliser des sauts, donnant lieu à des concours se disputant avec des voitures modifiées. Ces modifications sont généralement appliquées sur les voitures de milieu de gamme des années 1970 à 1990. Les peintures y sont souvent fantaisistes et assez exubérantes. D’ailleurs, le Lowriding a développé son propre style de décoration ; le Paint-Stripping.

– Le Donk style est un tuning issu du sud des États-Unis dont la caractéristique majeure est d’ajouter des jantes et des pneus démesurés (jusqu’à 40 pouces) sur des modèles de voitures de milieu de gamme des années 1970 à 1990, dotées de peintures fantaisistes. Ce style est apparu en 2004 sur la côte Sud-Est des États-Unis. Il existe d’ailleurs une rivalité entre le Lowriding, et le Donk style.

– Le DUB, une tendance de personnalisation très haut de gamme, sur des voitures elles-mêmes haut de gamme (notamment Chrysler 300, ou SUV type Hummer) ; la caractéristique la plus notable des voitures DUB est la pose de jantes de grande taille. Les équipements intérieurs sont souvent très luxueux (multimédia / vidéo). Le terme « Dub », est en fait une abréviation de « Dubble » (argot pour double), et les jantes, qui font partie intégrante de la préparation dans le style DUB, font au moins « dub’ ten inch » (2 fois 10″, soit 20 inches).

– Le Rétro Build est une toute nouvelle tendance tuning qui vient du Sema Show 2007, dont le but est de prendre un muscle car de nouvelle génération et de le modifier de façon à lui donner un aspect old school.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *